La lectrice (D’encre et d’or #1)

D'encre et d'or T1 La lectrice .jpg

«Mais la sagesse était une valeur surfaite. La stupidité, la bravoure et la curiosité, en revanche ? C’était grâce à elles que naissaient les meilleures histoires.»

séparation

Titre : La lectrice Auteur : Traci Chee
Editions : Robert Laffont   Genre : Young adult, fantasy
Sortie : 18 mai 2017    Pages : 528

séparation 2

Résumé

Ainsi commence l’histoire de Sefia, qui a perdu sa mère, son père, puis sa tante Nin à cause d’un étrange objet rectangulaire.
Ceci est un livre.
Dans un monde où personne ne sait lire, Sefia va devoir poursuivre une triple quête de sens, de vérité et de vengeance. Épaulée par un mystérieux allié qui possède ses propres sombres secrets, elle va sillonner jungles et mers, au gré de ces histoires qui font l’Histoire avec un grand H…


avis 6

J’ai tellement aimé lire ce livre que je ne serais pas par où commencer. Nous suivons dans ce roman l’histoire de Sefia, une jeune fille qui depuis qu’elle est petite est en cavale. Quand elle était jeune ses parents se sont fait tuer à cause d’un livre qu’ils cachaient. Or cela est quelques choses de mystérieux et qu’elle ne comprend pas, car dans cet univers-là on n’apprend pas à lire, les gens ne savent que parler et raconter les histoires de bouches en oreilles. Elle voyage depuis longtemps avec Nin, sa tante. Malheureusement un jour, cette dernière va être enlevée et elle se décidera alors de percer les mystères que renferme ce livre, afin de pouvoir la sauver.

Nous suivons l’évolution sur une année de Sefia avant qu’elle commence réellement à partir chercher ce qu’elle veut. J’aime voir cette perceptive. Elle va alors rencontrer un drôle de garçon qui ne prononce pas un mot. Elle finira par lui donner le nom d’Archer.

La relation qu’il y a entre elle et Archer est d’autant plus touchante, que Sefia est seule depuis un an et a appris à vivre sans l’aide de personne. Elle a peur que comme toutes les autres personnes qui étaient dans sa vie avant, qu’il disparaisse à cause du livre. Luttant d’un côté pour ne pas s’attacher à lui malgré elle.

De plus, ce livre est soit disant « magique », mais lorsque nous lisons les passages que Sefia lis, nous n’y voyons que des histoires comme celle qui peuvent être racontés sur la vie de certaine personne, des légendes, etc. Alors, quel pouvoir secret renferme-t-il et à quoi sert-il ?

Ce que j’ai adoré dans ce roman, c’est le fait qu’on a l’impression que le livre en question est celui que l’on possède. Plusieurs fois dans le roman on y retrouve des genres de tâche de doigts, des feuilles limites brûlés et vieillis avec le temps, comme si le livre en question était celui que l’on possédait depuis le début. Cela rend l’histoire encore plus immersive !

De plus, d’un chapitre à l’autre, l’histoire switch entre les différents personnages et les différentes histoires en parallèles. Nous informant alors avant le personnage principal, des éventuels dangers qu’elle encourt. La tension est à son comble et on s’inquiète pour elle et Archer.

En conclusion, le tome un d’encre est d’or est vraiment une histoire captivante. Autant dans son visuel que dans sa lecture. On rentre dans un monde parallèle au nôtre, où dans celui-ci, les hommes n’auraient jamais appris à écrire et lire. Un monde où savoir lire est signe de magie et de connaissance obscure. Une histoire qui en même temps est très touchante vis-à-vis de la relation entre Sefia et Archer. Une histoire qui nous fait rêver et surtout voyager !

4.5

Publicités

Le sortilège perdu (Le pays des contes #1)

Le pays des contes T1 Le sortilège perdu

«- Je dois monter là-haut, décida sa soeur.
– Tu as un propulseur ou un grappin et tu ne me l’avais pas dis ?»

séparationTitre : Le sortilège perdu Auteur : Chris Colfer
Editions : Michel Lafon   Genre : Jeunesse, fantasy
Sortie : 10 octobre 2013    Pages : 414

séparation 2

Résumé

Il était une fois, dans une ville parfaitement ordinaire, des jumeaux prénommés Alex et Conner… Le jour où leur grand-mère leur offre un livre ancien, Le Pays des contes, leur vie plutôt morose change du tout au tout.Et pour cause !Ce grimoire se révèle magique et les transporte dans un univers où les contes sont devenus réalité. Sauf que ce monde est beaucoup moins merveilleux que celui des belles histoires qu’ils ont lues. Boucle d’Or est une criminelle recherchée, Blanche Neige dissimule un lourd secret, et le Petit Chaperon Rouge n’a même plus peur du loup. Pour rentrer chez eux, Alex et Conner n’ont qu’un seul moyen : rassembler huit objets magiques comme la pantoufle de Cendrillon ou encore des cheveux de Raiponce, tout en tentant d’éviter les foudres de la Méchante Reine. Car cette dernière semble avoir un plan machiavélique qui pourrait bien piéger les jumeaux dans cette étrange contrée. À tout jamais.


avis 6

C’est vraiment une histoire géniale qui nous transporte dans un autre monde. La seule chose que je pourrais lui reprocher, car je suis tatillons quand il s’agit de conte et de certain point, c’est le fait que la pantoufle de cendrillon est une pantoufle de verre dans le roman et non de « vair » comme dans l’histoire original. Ce que je trouve bien triste pour une histoire où le personnage de la jeune héroïne aime les vrais contes, leur version d’origine et non celle qui est modifiée.

En ce qui concerne l’histoire, c’est celle de deux jumeaux : Alex et Conner. Les deux vivent leur vie routinière suite à l’incident qui a eu lieu dans la vie de leur famille un an auparavant. Un jour leur grand-mère va leur offrir un livre qui contient tous les contes qu’on leur a lus quand il était petit. Sauf qu’on ne sait pas pourquoi, mais ils vont finir par tomber dans ce livre et le seul moyen pour les jumeaux de s’en sortir est d’effectuer le sortilège des vœux. Mais pour le faire, il faut réunir différent objet et le périple risque d’être long et très dangereux.

Dès les premières lignes on ne rencontre pas les jumeaux contrairement à ce qu’on pourrait penser, mais nous apprenons la situation actuelle dans le pays des contes. Nous rencontrons la méchante reine ainsi que blanche-neige. Cela nous plonge directement dans ce monde et une fois que nous retrouvons les jumeaux, nous avons qu’une hâte, c’est que ces derniers aillent rapidement dans le livre.

A la fin de l’histoire les évènements s’enchaînent tellement vite et il y a tellement de choses en même temps qui arrive dans l’histoire qu’on n’a pas le temps de s’ennuyer. Ce qui m’a le plus surpris, c’est que depuis le début pour ma part je me faisais une théorie sur certaine chose, sur certaine vérité et finalement non ! La surprise fut au rendez-vous, l’auteur avait réussi à me tromper et j’ai aimé la surprise qui nous était réservée à la fin.

Alex est une bonne élève qui adore les contes. Pour elle ce sont comme ses seuls amis. Etant doué à l’école, les autres enfants de la classe ne l’aiment pas trop et par conséquent elle se sent seule. Depuis toujours se réfugier dans les livres est pour elle un moyen de se sentir moins isolée, surtout les contes.

Conner, lui, est l’inverse de sa sœur. Très mauvais élève et qui est le pitre de la classe. Pour autant il n’est pas beaucoup entouré. Il fait rire ses camarades, mais il le prenne plus pour un idiot qu’autre chose. N’aimant pas trop lire contrairement à Alex, la seule personne qu’il a vraiment pour ne pas trop se sentir seul est sa sœur.

Le style d’écriture est très descriptif. Parfois cela est sympathique, mais pour moi à d’autre moment, c’était beaucoup trop long. Certaine description aurait gagné à être raccourcie. Pour le reste l’écriture est fluide et féerique, elle nous met des étoiles pleins les yeux tout le long.

En conclusion, ce premier tome est une belle découverte. Une histoire pleine de rebondissement et qui nous fait voyager. Un premier opus plein d’aventure et qui nous donne très envie de découvrir la suite des histoires d’Alex et Conner.

4.5

L’Ars Arcana (Le dernier magicien #1)

Le dernier magicien T1 L'Ars Arcana.jpg

«- Non ! rugit-il encore et encore dans la nuit.
Un cri rendu chaque fois plus sombre par la haine et la détresse qui se refermaient sur lui comme une armure de pierre, fossilisant l’homme qu’il avait été.»

séparationTitre : L’Ars Arcana Auteur : Lisa Maxwell
Editions : Casterman   Genre : Young adult, fantasy
Sortie : 19 septembre 2018    Pages : 644

séparation 2

Résumé.jpg

Arrêter le magicien.
Voler le Livre.
Sauver le futur.
De nos jours à New York, les magiciens vivent terrés dans Manhattan, piégés par le Brink, une barrière d’énergie sombre inventée par l’Ordre. S’ils la traversent, ils perdent leur pouvoir, et souvent leur vie.
C’est compter sans Esta, une magicienne ultra-douée qui récupère des artéfacts de l’Ordre en voyageant dans le temps. En effet, la jeune fille a le don de circuler à travers les époques. Et l’heure de sa grande mission est venue : elle doit se rendre en 1902 et empêcher un Magicien de se jeter du haut du pont de Brooklyn avec le Livre ancien contenant les secrets de l’Ordre. Esta saura-t-elle trahir le passé et ceux qu’elle aime pour sauver l’avenir ?


avis 6.jpg

Une histoire magnifique que j’ai eu la chance de découvrir grâce à babelio et aux éditions casterman. Transporté à travers le temps et les époques, vous allez vous perdre dans cet univers riche et puissant.

L’histoire est celle d’Esta, une jeune fille à l’affinité hors norme. Elle maitrise et est capable de voyager dans le temps. Etant orpheline, l’homme qui l’a pratiquement éduqué qu’elle appelle le « professeur », lui apprend à voler sans utiliser son affinité pour aller dans le passé et voler certaine pierre magique. Enfin, la dernière et la plus importante de ses missions, sera de retourner en 1926 pour empêcher la destruction d’un livre qui comporte toute la magie. Ce livre pourrait sauver l’avenir, malheureusement il a été détruit et le rôle d’Esta est d’empêcher que cela arrive.

Dès les premières lignes je me suis plongé dans cet univers magique. Le fait que le personnage principal puisse aller d’une époque à une autre et voyager dans le temps me plaît beaucoup. On remarque dans les descriptions de l’autrice les différences entre les époques et on sent qu’elle s’applique à le faire.

La fin est juste… comment vous dire qu’elle m’a bluffée sans pour autant trop vous en dire. C’était tout simplement étonnant, on ne s’attend pas une seule seconde à ce qui arrive et en même temps il y a tant de choses en même temps, qu’on ne peut pas lâcher le livre jusqu’à être arrivée à la dernière page.

Esta est une jeune fille orpheline qui s’est fait recueillir par le professeur. Ce dernier l’a depuis son plus jeune âge éduqué pour savoir voler sans qu’on ne puisse la remarquer et sans que son affinité avec le temps ne soit nécessaire. Ce qui fait d’elle une des meilleures voleuses qu’il existe. Elle est impulsive et un fort caractère qui la rend si particulière.

Le style d’écriture est très descriptif et fluide. Un style sympathique à lire.

En conclusion c’est un magnifique univers que nous découvrons dans ce roman. Une histoire passionnante et je peux vous dire avec les 644 pages on a de quoi faire. L’histoire m’a prise au cœur, elle était passionnante et je n’ai qu’une hâte, découvrir quand sortira le prochain tome. 🙂

coup de coeur

Les guerriers du Lézard (Ash & Vanille #1)

Ash & Vanille T1.jpg

«L’île entière avait la physionomie d’un lézard gigantesque posé à la surface de la mer, étendant sur l’eau ses pattes immenses et déroulant sur l’océan sa chaîne de montagnes comme une longue queue garnie de pointes.»

séparation (4)

Titre : Les guerriers du Lézard Auteur : Sosthène Desanges
Editions : Les trois chouettes   Genre : Jeunesse, fantasy
Sortie : 15 février 2014   Pages : Ebook

séparation (4)

Résumé : « Sauvage ! Même si tu trouves ton guerrier et que tu mets fin à la malédiction qui afflige ta tribu, il te faudra une femme ! Aide-moi à retrouver les hommes de mon clan et je serai celle-là.  » Plus aucune fille… Voici l’étrange malédiction qui frappe depuis trente ans les naissances du Clan des Chefs. Ce peuple fier et farouche est en train de disparaitre. Refusant son sort, Ash fuit sa tribu et s’enfonce dans la forêt. Mais que faire quand on a des ennemis terribles sur sa route, qu’on n’est pas encore vraiment un homme et qu’on a commis l’erreur de s’encombrer de compagnons bizarres ? Et surtout que répondre à la proposition de cette redoutable Vaaï prénommée « Vanille » ? Nul ne peut alors imaginer dans quelle effroyable bataille cette décision va tous les jeter ! « Ash & Vanille » est un roman d’aventures qui prend sa source dans une Océanie imaginaire, un monde insulaire au-delà du temps, peuplé de “vahinés”, d’oiseaux incroyables, de légendes puissantes, de terreurs primitives et de tribus sauvages. Un Eden dangereux qui a pour héros un cannibale de quinze ans. « Les Guerriers du Lézard » est le premier des cinq tomes qui composent cette saga fantastique.


avis (1)

Dans un premier temps je tiens à remercier l’auteur pour son service presse, sans qui je n’aurais pas pu lire ce livre.

L’histoire est celle d’Ash, un jeune garçon qui fait partie d’un groupe de clan. Depuis quelques années une malédiction les tapes, il ne mette plus de filles au monde, au point que les clans entre eux se battent pour obtenir la dernière femme qui reste, qui vient tout juste de devenir veuve. Le sorcier, lui, est celui qui prend les grandes décisions. Il décidera alors que la dernière femme devra revenir à Ash, car il est le dernier de son clan, même si, vue l’âge de la femme, il lui sera impossible de faire des enfants avec. Or cette femme n’est qu’autre que sa tante, en voulant une autre, il décidera de partir afin de s’en trouver une, c’est alors là que tout commence.

J’ai eu du mal dès les premières pages à rentrer dans l’univers. Le début était très long et on s’y perd. Ensuite, j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, puis j’ai réussi à m’y intéresser pour de nouveau avoir du mal à lire la suite. Je suis assez mitigé concernant cette lecture.

La fin elle, ne m’a pas marqué plus que ça.

Ash est un jeune garçon du clan des casse-tête. Il est le dernier de son clan. Il va vouloir trouver une femme et aussi enlever la malédiction qui pèse sur les clans. C’est un personnage un peu perdu, qui part à l’aventure sans savoir où il va, mais ne sait pas quoi faire d’autre.

Tarsham lui est l’ancêtre responsable de la création de leur peuple. Il suivra Ash dans son aventure, en forme de fantôme à travers un crâne. C’est un personnage assez étrange qui nous réserve bien des surprises.

Boulba lui est un ancien du clan des longues-jambes. Un an avant qu’Ash parte à l’aventure, celui-ci avait été accusé de vol envers le sorcier. Ce dernier très en colère, décida d’exclure Boulba loin de chez eux et le transforma en Poypoy (genre de gros oiseaux qui ne peut pas voler).

Le style d’écriture était à mon goût beaucoup, mais beaucoup trop descriptif, je crois que c’est une des raisons qui ont fait que je n’ai pas réussi à accrocher. Par compte, j’aimais beaucoup l’humour des descriptions faites par l’auteur à certain moment.

En conclusion, pour moi ce fut une lecture partagée, certain moment était sympa, mais dans d’autre je n’arrivais pas à accrocher à l’histoire, sans doute à cause de description trop longue pour moi. Je ne pense pas vouloir lire la suite malheureusement, mais si les descriptions longues ne vous bloque pas, cela pourrait intéresser certain d’entre vous.

Avis partagé !

Avis partagé !


Avis partenaires :

Le monde enchanté de mes lectures

Evolution 12 – June Mutti

evolution-12-june-mutti-e1517595007248.jpg

«Pour la mère, il s’agit de son bébé, c’est un enfant, pas une bête de foire.»


Titre : Evolution 12 Auteur : June Mutti
Editions : Librinova   Genre : Science-fiction, fantasy
Sortie : 19 décembre 2017    Pages : Ebook


Et si vous accouchiez d’un enfant singe? Quelle serait votre réaction? Et si l’ensemble de la population vivait le même bouleversement? Accepteriez-vous cette transformation irréversible? Adeline, enceinte de son premier enfant, va devoir s’y soumettre afin de donner naissance à une petite fille pas comme les autres…


Cette histoire ne m’était pas désagréable. C’était une petite nouvelle courte et sympathique. On suit l’histoire d’une femme enceinte, mais pas comme les autres. Celle-ci est enceinte d’un bébé à moitié singe.

Ainsi, avec ce sujet l’auteur arrive à nous montrer toute la cruauté humaine. Lorsque la société découvre qu’elle porte en elle un bébé « singe », la majorité des scientifiques et autres personnes qui l’accompagnent, finissent par ne la voir que comme une expérience, une bête de foire et non comme un être humain.

Le côté pervers de l’homme à vouloir tout voir et épier est mis en avant. Il veut tout contrôler, tout orchestrer, tout manipuler.

Les médias sont mis en avant de façon non élogieuse avec leur côté vautour, à être aux augets de la moindre chose qui sort du lot, qui pourrait faire l’audience et un bon article.

En conclusion, cette lecture ne m’a pas transcendé, mais elle était sympathique. On voit l’effort de l’auteur et les diverses dénonciations qui ont pu être mis dans cette nouvelle. C’est une lecture sympa, pas très longue et qui est intéressante à découvrir pour les plus curieux d’entre vous.

set of star rating symbols

Une lecture plaisante !